l’habillage sonore à la radio

"La fabrication de l’habillage en interne répond à un besoin de réactivité

"La fabrication de l’habillage en interne répond à un besoin de réactivité mettre en musique l’une des plus anciennes radios de France ? Le responsable de la couleur de l’antenne a la lourde tâche, justement, d’habiller cette grande dame qu’est France Inter : une station aux mille chroniques, rendez-vous, émissions. La tâche est aussi complexe que la grille des programmes : riche et diverse. Pourtant, son poste n’existait pas il y a 10 ans. "Avant, il y avait des producteurs qui venaient ponctuellement travailler sur des éléments sonores, mais il n’y avait pas de cohérence. On avait un top horaire, un déroulé
d’info, une virgule. C’était le strict minimum. Puis à côté, on avait des habillages d’émissions parfois un peu latinos", explique Bruno Carpentier.

fabriquer l’habillage 


fabriquer l’habillage en interne, sachant que la quasi-totalité des stations, y compris certaines à Radio France, se fournit dans des studios externes ? "Cette fabrication en interne répond à un souci particulier. La diversité de programmes qu’on ne retrouve pas ailleurs. Il faut être réactif, et l’idée de fabriquer en interne s’est imposée. C’est pour cette première raison qu’on ne peut pas se permettre de faire appel à une boîte extérieure", répond Bruno Carpentier.
MÉLODIE  DE PHILIPPE DELETTREZ

Si l’auditeur ne voit pas de grandes révolutions  dans l’habillage au quotidien, c’est une volonté revendiquée : "Je veux qu’on évite l’écueil de laisser un habillage vivre 3 ans et de devoir tout jeter quand on en a marre. On  change par petites touches." Si le processus de travail est finalement toujours le même, il faut toujours trouver de nouvelles idées : "On part toujours de la même mélodie composée dans les années 2000 par Philippe Delettrez. Puis de
nouveaux mixeurs extérieurs viennent apporter de nouvelles idées. Et vu qu’on est plutôt branchés sur les cordes, on utilise des musiciens de l’Orchestre philharmonique de Radio France. L’idée est d’internaliser le plus possible."•

extrait la lettre pro de la radio